embed embed share link link comment comment
Embed This Video close
Share This Video close
bookmark bookmark bookmark bookmark bookmark bookmark bookmark bookmark bookmark bookmark bookmark bookmark
embed test
Rate This Video embed
Tags For This Video tags
rate rate tags tags related related lights lights

L’e-Multiculturalisme au service du développement international

Une marque, pour réussir à l’international, ne doit pas se contenter d’apparaître internationale. Elle doit au contraire savoir valoriser son identité locale, désirer être en même temps américaine à New York, chinoise à Canton et italienne à Milan. 

C’est tout l’enjeu de l’e-Multiculturalisme, discipline créée par Datawords qui permet aux marques d’accélérer le déploiement international de leurs stratégies digitales et de leurs contenus, notamment dans leurs stratégies e-commerce.

En effet, pour être pertinentes sur chacun de leurs marchés, sur les bons moteurs de recherche, dans leur veille internationale et dans l’e-modération de leurs médias sociaux, les marques doivent donc développer une véritable expertise webmarketing multiculturelle.

Outre les problématiques de référencement spécifique à chaque langue et à chaque pays, les marques doivent composer avec des moteurs de recherches leaders sur leurs marchés (Baidu en Chine, Yandex en Russie, Naver en Corée, etc.), et prendre en compte des réseaux sociaux différents (Weibo en chinois, VK pour les russophones, etc.).

Elles doivent également prendre en compte les aspects graphiques et visuels dans leur approche de chaque marché. Par exemple, la structure du contenu et l’organisation des pages est très différentes au Japon. Les sites européens sont plus épurés, proposent des pages avec des visuels plus grands. Les sites japonais ont souvent des pages plus chargées avec plus de liens, plus de vignettes. Un œil occidental a le sentiment que la page est plus « fouillie ».

Tout comme il serait contreproductif de vouloir « dupliquer » une même stratégie sur des marchés différents, dupliquer un site web dans une autre serait une erreur. Un internaute français ne pense pas et ne surfe pas comme un internaute chinois. Les exemples de ce type ne manquent pas, ne serait-ce que parce que certaines langues requièrent des sens de lecture différents, l’arabe notamment. Il faut également choisir la police la plus adaptée d’une langue à l’autre, beaucoup des typographies occidentales classiques n’étant pas disponibles en russe ou en coréen…

Un autre aspect à prendre en compte est l’aspect technique, enjeu primordial compte-tenu des caractéristiques propres à chaque langue et à chaque pays : formulaires différents d’un pays à l’autre, moyens de paiement différents selon les marchés, sauts de ligne indispensables pour les langues asiatiques, solutions d’hébergement locales, etc.

Cet enjeu peut se doubler d’une dimension juridique en termes de propriété intellectuelle (votre marque est-elle protégée localement ? êtes-vous propriétaire du nom de domaine ?) ou de contraintes réglementaires locales (par exemple en Allemagne, où il existe une obligation légale de mentionner les prix au litre).

Alors, avant de vous lancer sur de nouveaux marchés à l’export, assurez-vous bien que votre stratégie digitale est bien adaptée aux spécificités de chacun de ces marchés et que vos équipes sont à mêmes de déployer des projets complexes dans plusieurs langues et pays de façon parallèle et synchronisée. Demandez-vous si votre entreprise est bien « e-multiculturelle » !

Alexandre CRAZOVER, Co-fondateur de Datawords

Alexandre CRAZOVER, Co-fondateur de Datawords

 

Invité : Alexandre Crazover, co-fondateur de Datawords

Animateur Par-delà les frontières : Joselyne Studer-Laurens, présidente de CTI

Production : Franck Herbault, Bernard Berge (Yodise TV)

Réalisation : Bernard Berge (Yodise TV)

Rédaction : Franck Herbault (Yodise TV)

Date de publication : 01 juin 2015

 

Présentation de l’invité :

Alexandre Crazover a créé Datawords en 2000 avec plusieurs associés d’origines culturelles diverses. La création de Datawords s’inscrit dans un parcours marqué par l’apprentissage du chinois dès l’âge de 14 ans, à une époque où cet apprentissage étant moins courant qu’aujourd’hui, et par des stages à la fin des années 1990 pour Indosuez à Shanghai et pour L’Oréal, qui ont permis d’identifier un besoin au croisement entre le développement d’internet et les enjeux liés aux différences culturelles et linguistiques. Créée dans le cadre de la majeur « Entreprendre dans les nouvelles technologies » de l’ESCP, Datawords a développé en quelques années un savoir-faire et une expertise unique.

 

Présentation de la société

Datawords est née au début des années 2000 de la passion commune pour le multiculturalisme et l’entrepreneuriat de plusieurs associés d’origines culturelles diverses. Depuis lors, Datawords a développé une nouvelle discipline, l’e-Multiculturalisme, qui permet à ses clients grands marques et acteurs du e-commerce d’accélérer leur déploiement international. Datawords compte aujourd’hui 320 collaborateurs, représentant une quarantaine de nationalités et plus d’une cinquantaine de langues. La société est implantée en France, en Italie, en Allemagne, en Angleterre, en Corée du Sud, à Hong Kong, au Japon et depuis peu à New York. Datawords a réalisé en 2014 un chiffre d’affaires de 30 millions d’euros dont plus de 70% hors de France. Ce parcours a été récompensé en 2013 par le Prix Montgolfier remis par la Société d’Encouragement pour l’Industrie Nationale, et en 2014 par le trophée de l’International du Numérique / French Tech.