embed embed share link link comment comment
Embed This Video close
Share This Video close
bookmark bookmark bookmark bookmark bookmark bookmark bookmark bookmark bookmark bookmark bookmark bookmark
embed test
Rate This Video embed
rate rate tags tags related related lights lights

Comment la gouvernance se saisit-elle des sujets RH ?

La gouvernance joue un rôle majeur. Comment s’organise alors la gouvernance dans une entreprise détenue à 100 %. Le conseil d’administration joue-t-il complètement son rôle ? Quel est sa légitimité ? Comme l’explique Patrice Bélie, Directeur Général de Hub One, pour que le conseil d’administration joue son rôle de gouvernance, sa composition est primordiale.

Ainsi, Hub One (au delà des représentants de l’actionnaire principal : ADP) a intégré des administrateurs salariés mais également deux administrateurs indépendants spécialistes notamment du monde des télécoms. Il s’agit là d’un moyen judicieux pour faire vivre le conseil. Cette neutralité est très importante à la fois pour la gestion stratégique de l’entreprise mais également pour sa gestion sociale. Une gouvernance de qualité implique des mandataires totalement investis au sein de l’entreprise qu’ils « pilotent ». Les libertés et l’autonomie confèrent un certain nombre de responsabilités. Ils doivent prendre en compte l’intérêt social de l’entreprise tout en respectant le cadre donné par le conseil d’administration.

Dans ces conditions, la gouvernance doit-elle modifier le rapport au travail pour recréer du bien-être et donc de la performance et de l’engagement ? Selon Patrice Bélie, une société doit être le reflet de sa société (civile) « au sens le plus large du terme ». Compte tenu des préoccupations grandissantes de bien-être au travail et par voie de conséquence des risques liés (RPS notamment), les entreprises vont devoir s’interroger sur ces problématiques. Toutefois, l’entreprise n’est pas le seul garant de ce bien-être mais un des composants essentiels cependant. Il faut donc qu’elle y travaille.

Chez Hub One, pour favoriser cette écoute, un baromètre anomyne dit d’écoute sociale a été mis en place s’assurant ainsi de la qualité de vie et favorisant ainsi l’engagement des collaborateurs. La rémunération est également un facteur de motivation et d’engagement mais est-ce vraiment le plus important ? la suite en vidéo…

Patrice Bélie, DG Hub One - La gouvernance

Patrice Bélie, DG Hub One

Invité : Patrice Bélie, Directeur Général Hub One

Animateur Human Research : Eric Motillon, Fondateur de Human First

Production : Franck Herbault & Bernard Berge (Yodise TV)

Réalisation : Bernard Berge (Yodise TV)

Rédaction : Franck Herbault

Date de publication : 20 Mai 2014

 

 

Les mots de l’invité : Patrice Bélie, Directeur Général de Hub One (filiale d’ADP) :

La gouvernance d’entreprise est un domaine qui connaît actuellement une évolution considérable sous l’effet de la réglementation, des codes de bonnes pratiques et des nouvelles exigences des investisseurs. La composition du conseil d’administration s’enrichit de la présence d’administrateurs indépendants apportant leurs domaines d’expertise et d’administrateurs salariés contribuant leur connaissance de l’organisation et du corps social.

Les questions qui y sont abordées couvrent bien sûr les éléments clefs que sont la stratégie de l’entreprise et sa performance financière, le conseil définit ainsi un cadre à l’action à la direction générale puis évalue le résultat de sa mise en œuvre. Toutefois, on élargira avantageusement le champ à des thématiques très impactantes pour l’action de la direction et la maîtrise des risques en vue de la réalisation des objectifs : le bien-être au travail, la responsabilité environnementale, sociale et sociétale de l’entreprise, l’éthique et l’adhésion de tous au projet industriel.

Le rapport au travail s’est en effet profondément modifié dans les dernières années. On attend non seulement une rémunération mais aussi des facteurs de bien-être : une reconnaissance, une insertion sociale, un développement personnel continu. Les collaborateurs, qui sont au cœur de la réussite de l’entreprise, souhaitent que la direction se saisisse aussi de ces préoccupations. Ainsi se noue une relation durable, engagée et motivante. Sous cette impulsion, les directions des ressources humaines élargissent leur rôle à la gestion dynamique de la transformation de l’entreprise. Au-delà de la stricte politique de rémunérations, sujet toujours sensible et empreint de conservatisme, il existe d’autres leviers plus effectifs qui viennent en complément de la rémunération et permettent d’attirer, retenir, développer des talents : cartographie et gestion dynamique des compétences pour préparer l’avenir, recrutement, rétention et développement des talents, mais aussi cohésion, bien être et enthousiasme des équipes dans des périodes de transformation, donc d’ambigüité.

En contrepartie, l’entreprise espère un engagement personnel de chaque individu à travailler pour l’atteinte des objectifs communs. Dès lors, on se doit de responsabiliser chacun vis-à-vis des objectifs et de lui donner de l’autonomie dans son travail. Ceci nécessite plusieurs prérequis. Certes, une confiance personnelle réciproque entre management et collaborateurs. Mais aussi, expliquer clairement les objectifs à atteindre et la route pour y parvenir, de façon à ce que chacun puisse identifier son rôle dans la stratégie et le plan opérationnel, et apporter sa pierre à l‘édifice. Et enfin, l’encouragement à la prise d’initiatives – être ouvert aux essais et accepter l’erreur saine. Associant l’impulsion et la vigilance du conseil d’administration à l’implication motrice et quotidienne de la direction générale, la gouvernance d’entreprise veillera à ce que l’entreprise prenne la pleine mesure de ces enjeux.