Des espaces de travail collaboratif fleurissent de Paris à San Francisco

Synergies. Les bonnes idées n’ont pas d’âge …

En 2010, les créateurs de lieux de « co-working » évoquent la Ruche comme modèle : on peut pourtant croire que le sculpteur Alfred Boucher ne pensait guère à Internet, quand il a créé cette cité d’artistes parisienne en… 1902.

Qu’importe : sur ses traces, des espaces de travail partagé, qui fédèrent un réseau de compétences, fleurissent de Paris à San Francisco. Dans ces lieux, telle la Cantine à Paris, des travailleurs indépendants peuvent briser leur solitude et nouer des conversations autour de la machine à café, voire du bar. L’idée est en effet de profiter des synergies qui se créent, de manière informelle, entre des professionnels d’horizons différents. Développeurs, designers, blogueurs, consultants, autoentrepreneurs… ces lieux abritent en priorité des free-lances. Mais le nombre d’indépendants n’ayant cessé de croître avec la crise, ces endroits se multiplient. Un travailleur sur quatre, outre-Atlantique, n’aurait ainsi plus d’employeur, mais des clients, selon le site Elance. Ce mode d’organisation du travail commence à séduire les entreprises, en quête d’économies et de flexibilité, mais aussi soucieuses de favoriser la créativité de leurs équipes à travers les rencontres qu’elles pourraient y effectuer. « C es espaces sont fondés sur des valeurs dont une entreprise peut s’inspirer, analyse Kerstin Ribes-Lambertus du groupe Lafarge : l’autonomie, la liberté, la confiance, l’ouverture… ». Ainsi, en concevant leurs bureaux californiens, l’agence FaberNovel et la SSII AF 83 ont ouvert un espace où des personnes extérieures à leurs sociétés peuvent venir travailler. « Si une entreprise est organisée par projets, le “co-working” peut s’avérer très efficace », estime Grégory Geoffroy, chez Malakoff Médéric.

Click to access the login or register cheese