embed embed share link link comment comment
Embed This Video close
Share This Video close
bookmark bookmark bookmark bookmark bookmark bookmark bookmark bookmark bookmark bookmark bookmark bookmark
embed test
Rate This Video embed
Tags For This Video tags
rate rate tags tags related related lights lights

Quels sont les enjeux de l’information économique et financière ?

Mesurer la solvabilité d’un partenaire qu’il soit client ou fournisseur est cruciale par ces temps difficiles. Pour cela, il existe différentes solutions sur le marché. Chacun des acteurs puisent et condensent l’information économique et financière pour la redistribuer aux dirigeants et managers sous forme de rapport. Lorsqu’une information économique et financière sur une entité est à jour, elle permet à un manager, un dirigeant de mesurer le risque qu’il encoure à collaborer avec une autre entité.

La qualité de l’information économique et financière réside dans la capacité de l’opérateur à mettre à jour sa base le plus rapidement possible. Les sources de ses informations viennent notamment (mais pas seulement) du dépôt des comptes réalisées par les entreprises. La modification de la législation permettant à certaines entreprises de ne plus déposer leur compte réduit l’information disponible. Il faut donc trouver de nouvelles sources d’information économique et financière comme les comportements de paiement. Comment recueillir ce type d’information ? Selon Christian Guibert, les entreprises ont une démarche pro-active et envoie ces informations. Elle transmette donc des informations sur le comportement de leur client. L’idée pour ces entreprises est de récupérer de la trésorerie en partageant les bonnes pratiques. Il s’agit donc d’un système d’intelligence collective. Les entreprises partagent aini leur balance âgée.

L’enjeu est important car l’impayé est l’une des premières causes de défaillance en France.

Invité : Christian Guibert, Responsable Marketing et Communication Creditsafe France

Animateur Stratégie et Intelligence économique : Jérôme Bondu, Dirigeant d’Inter-Ligere

Production : Franck Herbault & Bernard Berge (Yodise TV)

Réalisation : Bernard Berge (Yodise TV)

Rédaction : Franck Herbault

Présentation de l’invité : Christian Guibert

Christian GUIBERT, Creditsafe

Christian GUIBERT, Creditsafe

Christian Guibert, Responsable Marketing et Communication Creditsafe France.

Titulaire du Master Communication Internationale de l’IAE de Lille depuis 2004, Christian Guibert a rejoint le groupe Creditsafe en 2009 avec pour mission d’installer l’enseigne sur son marché et de la positionner comme acteur incontournable de la solvabilité d’entreprises. Fort de 10000 clients en France et 70000 à travers le monde, Creditsafe est devenu le fournisseur d’information d’entreprises le plus utilisé en Europe et est en passe d’occuper cette place au niveau mondial.

 

 

Présentation de la société Creditsafe

Fondé en 1997 en Norvège, le groupe Creditsafe, est un groupe privé fournissant via Internet des rapports d’informations commerciales sur la santé financière des entreprises en Europe. Creditsafe s’applique à écouter et à répondre aux besoins des entreprises quelque soit leur taille avec un constant souci de qualité, de valeur ajoutée et de facilité d’utilisation. Grâce à sa méthodologie, Creditsafe est en mesure d’offrir des services extrêmement fiables et abordables pour tous types d’entreprises même les PME. Outre son siège opérationnel désormais établie au Royaume-Uni, Creditsafe est également présent aux en Irlande, en Belgique, au Pays-Bas, en Allemagne, en Suède, en France, aux Etats-Unis et vient d’ouvrir ses bureaux en Italie. En France, Creditsafe a fait le choix de s’implanter à Lille en Décembre 2006 et compte aujourd’hui plus de 130 collaborateurs et déjà 11 000 entreprises clientes, ce qui en fait un acteur économique important de la région Nord Pas-de-Calais.

Creditsafe compte à ce jour 70000 clients à travers le monde

Le complément de l’interviewé : 

L’information d’entreprises, un secteur en perpétuelle évolution.

L’enjeu des métiers liés à l’information et à la solvabilité des entreprises réside dans la fraicheur de l’information et la réactivité de traitement des acteurs. A travers les JAL, par exemple, nous sommes capables d’intégrer un évènement concernant une entreprise jusque 3 semaines avant sa publication officielle au BODACC !

 

La partage, le partage et encore le partage !

C’est une tendance de fond qui se dessine et préfigure l’information d’entreprise demain. Pour gagner en réactivité et en fraicheur, les entreprises elles-mêmes sont sollicitées à partager les informations dont elles disposent.

Au premier rang de ces informations capitales pour la bonne santé du tissu économique, les comportements de paiement. Ces derniers sont des indicateurs clés dans l’évaluation d’une entreprise.

Les données bilancielles, qui de toute façon sont amenées à se raréfier du fait de la simplification annoncée des règles de publication des comptes, ne donne qu’un instantané, parfois obsolète, de la santé financière de l’entreprise. A travers les comportements de paiement, on obtient une vision plus précise et plus réactive  permettant d’estimer au plus juste la capacité de règlement d’un prospect ou les délais de recouvrement des impayées.

Creditsafe a développé dans ce sens un outil, baptisé 3D Ledger, dont le principe est de combiner les informations de paiements d’une entreprise avec les informations de solvabilité et l’ensemble des comportements de paiement disponibles dans la base Creditsafe. Ces données, compilées, permettent de fournir une image complète de l’historique des paiements d’une société et de la corrélation entre le risque et les retards de paiement.

Cet outil, collaboratif, est destiné à prémunir les entreprises contre les impayés, l’une des principales causes de défaillance, mais aussi à optimiser les recouvrement, à améliorer la trésorerie des entreprises, et à lutter contre les mauvaises pratiques en matière de comportement de paiement.

Chaque décideur doit aussi prendre conscience de l’importance du partage et de la transparence de l’information. A ce sujet, la France accuse un certain retard par rapport à ses voisins européens et aux Etats-Unis. Depuis longtemps, outre-Atlantique, les entreprises ont pris mesure de la nécessité de partager leurs retours d’expérience et de pointer du doigt les mauvais payeurs. Le reflexe est acquis dans la pluparts des grands groupes français, mais il reste à construire auprès des TPE/PME, pourtant les plus vulnérables face au risque d’impayé.