embed embed share link link comment comment
Embed This Video close
Share This Video close
bookmark bookmark bookmark bookmark bookmark bookmark bookmark bookmark bookmark bookmark bookmark bookmark
embed test
Rate This Video embed
rate rate tags tags related related lights lights

Intelligence économique : à la recherche de l’effet boule de neige

Le discours sur l’intelligence économique est un échec en France depuis 20 ans, notamment à destination des TPE PME. Il n’y a pas eu d’effet boule de neige ! Il n’y a pas eu une entreprise qui découvre l’IE, qui la pratique, qui obtient des résultats, qui en parle à une autre entreprise, qui pratique l’IE à son tour, qui obtient des résultats et qui continue à faire passer le message, dans une dynamique d’arborescence de groupe.

Cet effet boule de neige n’a pas eu lieu.

3 constats et 2 propositions sont partagés.

Constat 1 : la dimension humaine a été quasiment ignorée. Les compétences sont différentes pour la recherche d’information et pour la veille. Sans évoquer ces différences, l’entreprise n’est pas libre de choisir et elle a tendance à se diriger vers la veille par dépit.

Constat 2 : les sous-jacents, les croyances sont souvent fragiles ou fausses dans le discours classique.

Exemple du comptage des mots « tous, tout, toute, toutes » dans les 5 rapports officiels en IE depuis 20 ans en France : en moyenne il y a une référence à un de ces 4 mots, à 75% des pages. Si on y ajoute les autres termes de la totalité (complet, exhaustif, …) le pourcentage grimpe à 3 fois par page ! C’est un matraquage mental qui nous pousse à réfléchir avec « toute l’information ». Or ce n’est ni possible ni souhaitable car l’approche totalisante est à l’opposé de l’approche stratégique.

Est-ce culturel ? Oui, partiellement. D’ailleurs, la plus grande entreprise française, en capitalisation, s’appelle « Total ». On use et on abuse du concept de la totalité.

Constat 3 : l’information est considérée comme nécessairement une bonne chose. Or c’est faux. Nos modes de pensée doivent évoluer avec l’abondance de l’information alors qu’avant nous avions la rareté de l’information.

Il peut y avoir trop d’info : c’est la surinformation.

Une information seule peut aussi être toxique : c’est l’infoxication.

L’information n’est pas nécessairement une bonne chose et nous devons mobiliser de nouvelles manières de nous informer.

Proposition 1 : passer de l’information à l’action de s’informer (dépasser la notion d’information vue comme une matière première de l’ère industrielle)

Proposition 2 : proposer des discours et des ritournelles pour des situations opérationnelles à l’ère de l’information.

Emission 270 Pascal FRION carré NLInvité : Pascal Frion, chercheur en intelligence économique, directeur /ACRIE

Animateur Stratégie et Intelligence économique : Jérôme Bondu, Dirigeant d’Inter-Ligere

Production : Franck Herbault & Bernard Berge (Yodise TV)

Réalisation : Bernard Berge (Yodise TV)

Rédaction : Franck Herbault

tags : intelligence économique, surinformation, infoxication.