embed embed share link link comment comment
Embed This Video close
Share This Video close
bookmark bookmark bookmark bookmark bookmark bookmark bookmark bookmark bookmark bookmark bookmark bookmark
embed test
Rate This Video embed
Tags For This Video tags
rate rate tags tags related related lights lights

Manager, pourquoi déléguer ?

La position archaïque du manager pensant tout savoir, être le seul à savoir est dépassée. Vouloir faire à la place de son équipe, de ses collaborateurs est le révélateur de plusieurs « symptômes » : très certainement la méconnaissance de ses équipes, penser que le travail sera plus rapidement réaliser si je le réalise moi-même. Être dans l’opérationnel a des conséquences inévitables. Comme l’indique Eric AUPTIT, Partner chez Visconti, il n’est plus en position de manager. Le manager doit avoir une expertise qui doit lui permettre d’amener ses collaborateurs à réaliser les tâches. Il doit les guider. Le manager qui n’est pas dans cette posture ne transmet pas. Il ne fait donc pas grandir son équipe.

Pourtant beaucoup de managers, dans l’intensité du travail, du stress, préfèrent faire, plutôt que déléguer. Cela évite les échanges et les pertes de temps.

Comme le précise, Eric AUPETIT, il est intéressant qu’il y ait un dialogue dans l’organisation. Avant d’éviter les discussions, il est avant tout important d’avoir un plan de travail et d’avoir une vision stratégique, de savoir vers où on va. Quelque soit le niveau du manager dans l’organisation, il faut descendre la stratégie à chaque niveau hiérarchique. Le manager est le relai de cette stratégie ; il est donc important d’avoir du recul.

Dans ces conditions, comment aider un manager à faire faire et non pas faire à la place de ?

La première étape, le manager doit être conscient de ce qu’il fait ou ne fait pas. Des outils existent pour l’aider, comme la matrice d’Eisenhower, qui permet de savoir ce qu’il fait ou ne pas fait, à qui il délègue, comment il délègue et comment il réalise ses contrôles.

Comme le mentionne, Eric AUPETIT, le manager qui délègue, va pouvoir se concentrer sur d’autres actions et notamment des éléments plus stratégiques.

La suite en vidéo

Invité : Eric AUPETIT, DG de Hands On et Partner Visconti

Animateur Human Research : Eric Motillon, Human First

Production : Franck Herbault & Bernard Berge (Yodise)

Réalisation : Bernard Berge (Yodise)

Rédaction : Franck Herbault
 Présentation de l’invité :

Eric Aupetit est un habitué de tous les sujets d’entreprise. Il est aussi spécialiste des mécanismes d’optimisation des flux, de la réduction des coûts et de la création de valeur orienté « supply chain ». Il débute sa carrière comme acheteur et mute naturellement vers des fonctions de direction avant de devenir conseil en organisation chez it Group BGM puis chez Axel-Boss Consultants.

A ce titre, il a restructuré et accompagné la croissance de nombre d’organisations dans l’univers de la distribution (généraliste et sélective) et de l’industrie agroalimentaire tant en France qu’à l’international. Il revient aux opérations une dizaine d’années comme directeur d’une des plus importantes centrales d’achat coopérative d’un distributeur indépendant français, puis crée sa structure indépendante de management de transformation en 2011.

En parallèle, il était encore récemment en charge d’une des divisions logistiques françaises d’une multinationale Suisse.

Ses compétences élargies de dirigeant et de consultant permettent à Eric de coacher des cadres sur de nombreuses thématiques et dans tous types de structures depuis leur prise de fonction jusqu’à la définition de leur stratégie.

Il accompagne également des dirigeants dans la définition, la mise en place et l’atteinte de leurs objectifs d’évolution.