Anticiper pour optimiser la transmission d’entreprise

CE N’EST PAS PARCE QUE LES CHOSES SONT DIFFICILES QUE NOUS N’OSONS PAS, C’EST PARCE QUE NOUS N’OSONS PAS QU’ELLES SONT DIFFICILES » SÉNÈQUE

Plus de 500 000 entreprises devraient être cédées dans les dix années à venir. Après la création et le développement, la transmission est un des ressorts de la vie des entreprises. Pour l’optimiser, ii. Est nécessaire de l’anticiper. Cette règle d’or générale trouve particulièrement à s’appliquer en cette matière.

Le dirigeant d’une entreprise est souvent un homme (ou une femme) orchestre, Surtout dans celles à effectif modeste où le nombre de cadres est limité.

La gestion quotidienne et ses contraintes peuvent, parfois, faire oublier Le nécessaire recul pour préparer l’avenir de l’entreprise, se poser des Questions existentielles sur son devenir et notamment sa transmission.

La question de l’après soi peut sembler choquante. Pourtant, la responsabilité Du dirigeant commande d’envisager, 0e préparer son départ, Le futur de l’entreprise après lui. Cela coule de source quand on parle Des autres, mais il en est souvent différemment pour soi-même…

DES PATRONS TROP IMPLIQUES ?

Bien sûr, nous savons que pour réussir de grands projets, il faut agir comme si nous disposions d’un temps infini, mais aussi agir de façon pragmatique comme si nous ne pouvions disposer de tout ce temps. Contradiction apparente qui n’en est pas une, car elle ne freine pas l’ambition et conduit à la recherche d’une efficacité et d’une anticipation nécessaires.

Certains dirigeants d’entreprise font corps avec leur entreprise, habitant à proximité,

y employant leur conjoint, voire leurs enfants. Très souvent, ils sont loin de pratiquer pour eux-mêmes [es 35h, les RU ou les cinq semaines légales de congés payés. Ceci étant, la plupart des enquêtes démontrent leur souhait quasi unanime de ne pas envisager de changer de fonction. Diriger une entreprise, bâtir un projet, réaliser, construire sont des activités passionnantes qui font rêver ceux qui n’ont pas eu cette chance, indépendamment des contraintes nombreuses qu’elles génèrent.

La transmission réussie s’anticipe, non seulement pour transmettre le savoir, mais aussi pour détecter celui ou celle qui pourra succéder au dirigeant de l’entreprise, le préparer et optimiser ses chances de succès, sans oublier les contraintes fiscales et sociales qui peuvent modifier considérablement les conséquences pécuniaires de la transmission.

DES CONSEILS POUR RÉUSSIR LA TRANSMISSION

Selon la dimension de [‘entreprise et ses spécificités, la préparation d’une transmission sera différente. Néanmoins, la réunion de certains éléments sera utile dans tous les cas:

• L’organisation de l‘entreprise, qui permet de clarifier les procédures et le rôle de chacun, au sein d’un projet. Pour Peter Drucker, le « pape » du management, « La raison d’être d’une organisation est de permettre à des gens ordinaires de faire des choses extraordinaires».

• La compétence et ta motivation des collaborateurs, par un process de responsabilisation et d’engagement qui permet une progression individuelle et des revenus, sachant que la transmission implique le maintien des contrats de travail (art. L 122-12 du Code du travail).

• Un système de gestion adapté, pour faire du budget un acte politique et du tableau de bord un moyen de contrôler l’efficience de la gestion afin de prendre les mesures adéquates éventuelles dans les plus brefs délais.  Des assurances pour prévenir, car la vie d’une entreprise n’est pas nécessaire ment un long fleuve tranquille. La couverture des risques d’évènements doit permettre d’y faire face dans des conditions facilitées.

• Anticiper la transmission, non seulement pour préparer les choix fiscaux et sociaux, mais surtout trouver le repreneur potentiel.

• Favoriser La transmission en interne, qui permet le changement dans la continuité, en rassurant l’environnement par un passage en douceur. Cette solution trouve sa limite au plan du management d’ex-collègues de travail et des moyens Financiers, en fonction de la taille de l’entreprise. De nombreux mécanismes visent à le faciliter (LBO, stock options, etc.), tant au plan financier que fiscales Pratiquer L’implication au sein de La profession, favorable à la connaissance et à l’évolution des bonnes pratiques qui agissent sur les potentialités de développement.

Jean-Luc SCEMAMA